Effacer ses tracesQuitter le site rapidement →

Sans consentement, c'est une agression!

Le consentement sexuel est l’accord volontaire qu’une personne donne à son ou sa partenaire au moment de participer à une activité sexuelle.
February 15, 2017

Le consentement sexuel

La notion de consentement en matière d’agression sexuelle est prévue à l’article 273.1 du Code criminel. Le consentement sexuel est l’accord volontaire qu’une personne donne à son ou sa partenaire au moment de participer à une activité sexuelle.

Ce consentement sexuel doit être donné de façon volontaire, c’est-à-dire qu’il doit s’agir d’un choix libre et éclairé. Si une personne refuse de participer à une activité sexuelle avec une autre personne et qu’elle est forcée de le faire, c’est une agression. Personne n’a le droit d’imposer des relations sexuelles à une autre personne contre sa volonté.

Le consentement n’est valable que s’il a été accordé librement. Ainsi, si une personne est paralysée par la peur ou craint de réagir, il n’y a pas de consentement de sa part. Être intoxiquée par la drogue ou l’alcool n’est JAMAIS une invitation à avoir des contacts sexuels. Consentir à boire de l’alcool ou consommer de la drogue n’est pas un consentement à une activité sexuelle. La seule personne responsable de l’agression sexuelle est la personne qui commet l’agression.

Embrasser ou caresser quelqu’un ne signifie pas que l’on consent à d’autres activités à caractère sexuel.

À tout moment, une personne a le droit de dire NON.
Lorsqu’une personne est obligée de faire ce que l’agresseur exige d’elle, elle ne consent pas librement à l’acte sexuel.

Le consentement sexuel doit être clair et doit être donné personnellement par la personne qui participe à l’activité sexuelle. Le consentement qui découle des paroles ou du comportement d’une autre personne n’est donc pas valide.

Un consentement sexuel est jugé non valide si:

  • ‍La personne est sous l’influence de drogues ou d’alcool;
  • La personne est inconsciente ou dans un état de sommeil;
  • L’agresseur abuse d’une position de confiance ou d’autorité (professeur, entraîneur, employeur, etc.);
  • L’agresseur utilise l’intimidation ou les menaces pour obliger la personne à s’engager dans une activité sexuelle;
  • La personne change d’avis et dit non.
Publié par CALACS La Bôme Gaspésie le
February 15, 2017
12 jours d'actions contre la violence faite aux femmes
Nov 27, 2018

12 jours d'actions contre la violence faite aux femmes

Pendant ces 12 jours d’action, les féministes partout au Québec se mobilisent

Lire la suite →
Ça me regarde!
Oct 30, 2018

Ça me regarde!

Ainsi, près d’un an après le déclanchement du mouvement #MoiAussi, les CALACS lancent un message clair aux québécois.es : Contre la violence sexuelle, #ToiAussi tu as un rôle à jouer. Avec leur campagne Ça me regarde, les CALACS souhaitent encourager la population à s’engager et à prendre action pour lutter contre la violence sexuelle, parce que nous sommes tous.tes concernés.es par cette problématique sociale.

Lire la suite →